DeadPool

Un film Marvel bien hardcore et on peut l’avouer ! Dans les paroles, les gestes et les effets spéciaux sans jamais louper aucune opportunité de faire couler du sang : un corps qui s’éclate sur une pancarte d’autoroute et où on voit toute sa chaire s’étaler, une balle traversant la tête d’un gars et lorsqu’il touche le sol, on remarque une partie de cerveau détachée et au sol… Des vulgarités malsaines et des vulgarités pure et dure… Aucun exemple est à donner car ça enlèverais le charme de l’entendre pour la première fois ! Avec tout cette action, qu’on sait sans budget, un film bien monté et réalisé pour un film réalisé en 10 semaines avec un réalisateur inconnu et « médiocre » vu que c’était son premier film. Heureusement que Tim Miller osait demander à Ryan Reynolds et compagnie pour être aidé dans le tournage et le montage de scène car ça aurait donné un tout autre aspect au film. Mais c’est un peu la malchance pour Fox qui avait, au début, désapprouvé le projet du film et n’avait donné qu’un très bas budget pour ensuite voire que ce film bas budget dépasse les plus hauts Marvel déjà sorti. Ce n’est pas étonnant connaissant l’étrangeté et la proximité que Deadpool a avec le monde des comics. Un anti-héros accrocheur et tant attendu. Presque 10 ans pour avoir ce projet fini et vu au grand public. L’humour noir et ravageur de Deadpool (wade wilson) qui pourrait très bien être comparé à un véritable connard dans la vie réel. Un gars qui n’en a plus rien à faire de ce qu’on pense de lui et qui a presque tout perdu avec le cancer tout en gagnant la capacité de se régénérer lui donne le droit d’être comme il veut sans faire attention aux critiques. C’est totalement ce qu’il s’est aussi passé lors du tournage, aucune pitié et aucun regard sur ce qui pourrait choquer. C’est du deadpool ou alors ça ne l’est pas.

Le scénario a été un peu écourté et modifié car avec le budget médiocre qu’ils ont eu, ils n’ont pas su avoir tout ce qu’il voulait. De plus, ils étaient talonnés par le temps. : seulement 10 semaines pour tourner un Chef d’œuvre, pas de place pour une évolution progressive du cancer, pas de place pour de grandes scènes dramatique ou de grandes scènes d’explosion…  Une chouette idée aussi venu suite au manque de budget ; faire de l’histoire une pure histoire personnel ce qui pousse à faire parler deadpool aux spectateurs. Un charme et une envie de continuer à regarder. La meilleure façon de se connecter avec son public, faire parler le personnage principal. Encore plus fort ici ; deadpool sait qu’il joue dans un film et va donc nous expliquer, faire des arrêtes pour nous parler, nous faire des blagues à part… ça apporte une énergie assez innovante et bien décalée tout comme le personnage !

Malgré les problèmes qui ont fait face à cette troupe de montage, rien n’y parait. Tout est presque parfait. Les décors, le costume (qui, à ce qu’il parait, n’était pas confortable et maniable, il fallait quelques heures avant de savoir bouger, le costume s’usait aussi très vite), les effets spéciaux… Un beau travail de groupe et d’artistes plus talentueux les uns que les autres.
Pour finir, Ryan Reynolds a donné tout son temps et son énergie. A l’âge de 35 ans, il a voulu et a fait des cascades « à risque » mais pas seulement, il a aidé le réalisateur (il est donc considéré comme le coréalisateur). Il a lu tous les comics de Deadpool et se préparait déjà depuis un petit bout de temps à incarner ce rôle « de connard je m’en fou des autres ». Il a su jouer brillamment dans un rôle d’une telle ampleur et l’a magistralement bien réussi. Les moments romantiques comme les moments d’action ou encore les moments de douleurs. Tout était presque à la perfection. Il s’est même blessé en jouant une cascade par fierté de ne pas laisser un cascadeur les faires toutes à sa place.

Morena Baccarin a su joué le rôle de la femme qui doit être sauvée sans pour autant passer pour la demoiselle en détresse qui ne sait pas se défendre. Un rôle qu’elle a su très bien interpréter sans trop de niaiseries mais en donnant une réelle personnalité à son personnage : Jessica. Un vrai bonheur de voir ceci dans un film de super héros et ça rajoute beaucoup de charme.

Le « méchant » : Ajax incarné par Ed Skrein n’est pas comme vous le pensez. Ce n’est pas le méchant numéro1 comme dans Batman ou Superman. Ce n’est pas un gars qui en veut à la terre entière. Ce gars a simplement fait du mal à Deadpool et Deadpool veut simplement se venger par pur intérêt personnel ce qui est difficile d’ailleurs de jouer mais qui est tout de même bien fait. Ajax est un personnage vicieux et manipulateur et qui a fait souffrir tout un tas de personne en phase terminal de cancer. Il est à l’origine de Deadpool et va engendrer sa colère. Lui aussi mutant, sans émotion ni état d’âme. Un rôle assez difficile mais pourtant bien réalisé de la part d’Ed. Il fait preuve d’une brillance dans son jeu d’acteur et d’une simplicité qui nous donne envie de le haïr.

 

En conclusion, un bon film à ne pas voir avec les plus jeunes mais un bon film digne d’un comics mais dans un univers particulier et drôle. Pour une bonne tranche de rire et d’émotion garantie.

Publicités

Au coeur de l’océan

  • Boite : Warner Bros. France
  • Réalisateur : Ron Howard
  • Durée du film : 2h2m
  • Genre : drame, aventures, action
  • Acteurs principaux : Chris Hemsworth, Benjamin Walker, Cillian Murphy

 

 

 

Des frissons, du suspens, des dialogues bourrés d’actions mais surtout  une 3d en continu qui nous mets dans l’histoire plus que jamais !! Si vous n’avez pas à un moment eu les tripes qui montent c’est que vous n’êtes pas conquis mais personnellement j’ai été ravie et émerveillé par cette histoire  mais aussi dégoutée de certaines scènes mais un grand bravo tout de même !

Les amoureux des animaux, vous serez outré, bien entendu, comment parler de chasseurs de baleines et de cachalots sans nous montrer leurs manières de procéder ? En mettant cela de côté, ce film est magnifiquement bien réalisé, je dis chapeau au décorateur et monteur ! Ça fait plaisir de regarder un film ayant une planification et un montage parfaitement réussi !

Par contre, ne vous attendez pas à avoir l’histoire de Moby Dick que tout le monde connait et a déjà lu !  Ce film est l’histoire dont s’est inspiré l’auteur du roman Moby Dick ce qui donne alors une nouveauté à l’histoire et une beauté nouvelle !! Soyez conquis ou reconquis par cette histoire aussi fabuleuse que mystérieuse que le réalisateur : Ron Howard nous donne ! Il a brillamment choisi ses acteurs : Chris Hemsworth qui est un acteur hors pairs et qui a déjà travaillé avec lui pour le film « Rush » en2013, a fabuleusement incarné son rôle, il était fait pour être ce chasseur farouche de baleines ! Il a même délaissé son corps et son apparence pour être à fond dans le rôle (et oui les filles, il n’a plus son corps de rêve avec ses muscles d’acier !). C’est ça qui fait LE bon acteur : une envie d’entrer dans le personnage et de ne passer à côté de rien ! Bien entendu, ça ne colle pas à son image de dieux viking (Thor dans Avengers) ce qui donne une petite touche à son rôle car on le voit sous un autre aspect !

Benjamin Walker, le Lincoln chasseur de vampires en 2012 devient un petit riche capitaine d’un bateau en 2015 ! Ça change en tout cas car c’est un rôle difficile à jouer pour certaines scènes comme celle où ils sont perdus en mer et qu’ils doivent trouver une solution pour survivre… Jamais personne n’a vécu ça (dans les acteurs) ce qui rend vraiment la tâche difficile, mais il l’a réussi avec classe ! On pensait vraiment qu’il avait vécu cette scène (comme tous les autres acteurs dans son cas d’ailleurs). Malheureusement, ce n’est que le second rôle et on le voit peu mais ce qu’on voit de lui est vraiment bien joué, il peut aller loin !

Cillian Murphy, qu’on a pu voir dans Transcendance – avec notre cher Johnny Depp- joue encore une fois l’ami du rôle principale dans le film. Une belle leçon est donnée à propos de l’amitié !
« On ne donne pas à boire à un mort » mais… qui laisserait son meilleur ami, considéré comme frère, mourir sans même avoir pu goûter une dernière fois à la saveur douce de l’eau ? Il joue tout aussi bien son rôle !
En résumé pour les jeux d’acteurs, ils ont tous parfaitement réussi leur mission, nous étions transporté avec eux dans le bateau, nous étions bousculer avec eux par le cachalot et nous étions dans la tension la plus total et le plus grand des silences dans l’attente de la suite de l’histoire…

Tout ceci est bien sûr accompagné d’un décors magnifique et d’une technologie réussie ! La 3D me repoussait et ne me donnait pas envie d’aller le voir (ça m’a tout de même donné mal la tête à certains moment) mais c’était bien réalisé car, j’oubliais que je regardais un film 3D, je pensais simplement être avec eux, à leur côté. Le bateau, les cachalots, la tempête… tout est bien orchestré ! (cependant, un petit défaut m’a interpelé : les voiles du bateaux ne bougeait pas au grès du vent, elles restaient immobile quoi qu’il arrive, c’est un peu dommage en voyant les effets spéciaux magistralement bien réussi).

C’est donc un film à voir, où il faut s’accrocher tout de même car certaines scènes sont un peu « violente » et me retournait le cœur (surtout que la 3D empirait la sensation).

 

Note : 8/10

On aime :

  • Un scénario et des acteurs hors du commun
  • Des effets spéciaux à couper le souffle

 

On n’aime pas :

  • La 3D obligatoire en cinéma qui donne mal la tête
  • Les scènes trop expressives sur la démarche de tuer une baleine.

L’étrange Noël de Monsieur Jack

  • Date de sortie 7 décembre 1994 (1h 15min)
  • De Henry Selick
  • Avec Trickfilm, Chris Sarandon, Danny Elfman plus
  • Genres Fantastique, Animation, Musical, Famille
  • Nationalité Américain

    6953-01
    Une histoire digne de son réalisateur Burton, un travail minutieux et un résultat fabuleux ! Dire que Burton gardait cette histoire cachée dans son petit carnet de poésie. Et oui, Jack l’épouvantail est né sous sa plume et sous forme d’un poème ! Ce qui donne encore plus de beauté à cette histoire (bien évidemment, le poème a été remanié sous forme de script et scénario). Sa production prit 3 ans ! Voyant le résultat fabuleux ce n’est pas étonnant, tous les paysages étaient des maquettes et les personnages en pâtes à modelé. Pour tous ceux qui ont déjà vu « les Noces Funèbres » de Burton, ils reconnaitront sa signature sur ce graphisme et ces dessins car les deux mondes se ressemblent énormément.  Des centaines de prises, des centaines de maquettes animées par une dizaine d’hommes. La perfection était recherchée et ça se ressent. Pour un maximum de réalisme, Jack avait plus de 300 têtes différentes représentant chacune une lettre, un son différents pour chaque émotion.

Parlons désormais de l’histoire, je la trouve novatrice : un monde pour chaque fête et ici on s’attarde sur Halloween et Noël. Un épouvantail nommé Jack, le roi de la terreur et des farces commence à s’ennuyer. Les années se ressemblent ; se préparer pour effrayer les humains pour Halloween. Jack va partir et tomber sur les portes des différentes fêtes et va entrer dans celle de Noël. Il n’en croit pas ses yeux car ce monde-là est à l’opposé de ce que eux recherche et font : de la joie, des couleurs, des rires, la famille est réunie …

Les chansons sont récurrentes mais pas du tout barbantes ! Elles sont entrainantes et le rythme est bien recherché selon le monde dans lequel elle est chantée. De toute manière, un Disney sans musique n’est pas un Disney digne de ce nom ! Un chouette Disney d’ailleurs ! Parfait pour la période entre Halloween et Noël justement ! C’est fait pour les grands comme pour les petits avec l’univers bien spécifique de Burton (qui est magnifique et surprenant).
A regarder si vous ne l’avez encore jamais vu et à revoir si vous l’avez déjà vu !

Mandhyne

The Revenant

  • De Alejandro González Iñárritu
  • Avec Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Domhnall Gleeson plus
  • Genres Western, Aventure
  • Nationalité Américain

 maxresdefault

Un groupe de vendeur de peau Américain se font attaquer par des indigènes. Encerclé,  ils n’ont plus qu’un seul choix : fuir. Ils essayent tout de même de reprendre un maximum de peau sur le bateau pendant leur fuite malheureusement près du 2/3 des hommes meurent. Glass (joué par le célèbre Léonardo Di Caprio) est un connaisseur des terres et va les aider en les guidant dans ces montages pour rejoindre le Fort (leur campement). L’un des survivants n’est pas d’accord de le suivre et de lui faire confiance (Fitzgerald – joué par Tom Hardy)… Glass se fera attaquer par un ours mais survit miraculeusement. Avec ces blessures, il ne peut malheureusement pas bouger et bloque toute l’avancée au Fort pour leur survie… Le capitaine va donc décider de le laisser avec 3 de ses hommes…

Une virée pour le moins impressionnante ! En premier temps, le scénario est bien réalisé et tourné ; Chacun des détails est soumis à une inspection qui rend ce film d’autant plus méritant de ses 13 nominations. La réalité est mêlée à du surréalisme dans certains passages qui nous donne la boule au ventre et le doute de ce qu’il se passera ensuite…  En parlant de boule au ventre, attention aux frissons et écœurement dus à quelques passages où ils doivent manger de la viande crue, tuer et arracher les peaux, les blessures causées par le Grizzly ne sont pas mal non plus ainsi qu’une scène en particulier où Glass doit vider un animal pour entrer dedans pour savoir passer la nuit froide.
Pour continuer, beaucoup de moment sont accompagnés de musique, des musiques magnifiques et somptueuses qui s’accordent parfaitement avec le moment et l’émotion qui s’y dégage. Ça donne l’impression qu’elles ont été écrites que pour ça, ça donne des frissons mais aussi des émotions…

Ensuite, peu de dialogue sont réellement joué, le film se joue surtout sur des scènes de silence pesant et interrogateur.  Cependant, le film n’est pas aussi captivant que prévu, le suspens n’est pas si intense qu’on pourrait se l’imaginer en voyant les bandes annonces et les éloges qu’il a reçus.
Alejandro González Iñárritu continue sur sa lancée avec des films plus somptueux et géniaux que jamais. C’est lui aussi qui a réalisé « Birdman » (qui a reçu 13 prix et 30 nominations) ! On peut dire qu’il fait fort sur ces 2 dernières années il sort 2 films block Buster et tant attendu de tous.

Une constatation : la scène de l’ours n’est pas si bien que prévue, c’est vraiment dommage qu’elle soit mal faite… Ils auraient pu prendre un vrai ours pour les moments ou l’ours est un peu plus calme car ici on voit bien trop que c’est dessiné par un ordinateur. Cette scène, tout le monde en parle, ce qui est fort décevant d’ailleurs vu la « médiocrité » de celle-ci. Des anomalies dans la façon dont le Grizzly attaque, à croire qu’ils n’ont jamais vu une attaque d’ours à proprement parlé ce qui ajoute un peu plus la note de fausseté même si les blessures sont magnifiquement bien faite !

Une autre petite anomalie, une poursuite à cheval, Glass blessé et épuisé arrive à tuer des indigènes tout en galopant tandis que les indigènes à quelques mètres de Glass n’arrivent même pas à le toucher… Coïncidence mais trop cliché et déjà vu. Ok il avait déjà un nombre incalculable de blessures mais pourquoi il s’en est sorti sans rien ?! C’est une énigme qui reste même après avoir vu la fin du film.

Parlons pour finir des acteurs, on remarque définitivement les années d’expériences de Di Caprio qui a appris à ne plus jouer le petit minet beau gosse que toutes les filles veulent s’arracher. C’est bien, il joue d’une finesse extraordinaire, il mérite son oscar cette fois ci et haut la main même si il a de sacré concurrent à ses côtés. Il nous transmet son mal, sa rage, son envie de vengeance, sa ténacité… il nous donne envie de vivre ! Pour jouer au plus haut point la réalité des  scènes, il n’a fait aucun trucages, il a mangé de la viande crue, il s’est mis dans une carcasse de cheval… Une audace et du professionnalisme !!

Tom Hardy quant à lui joue un petit salopard que tout le monde aimerait tuer. Ce qui change de ses rôles précédent et qui prouve que sa manière de joué est génial !

Will Poulter, celui qui a joué dans « la famille Miller », celui qui était l’ado débile sans aucune vie social… Lui est un espoir du cinéma ! Il a jeu d’acteur exceptionnel et déjà fort bien travaillé pour un garçon de son âge ! Il a quand même déjà pas mal de rôle à son compteur même si ceux si sont souvent des second rôles.

 

Voilà donc un film avec des acteurs hors normes et un scénario jamais vu encore !

Mandhyne