DeadPool

Un film Marvel bien hardcore et on peut l’avouer ! Dans les paroles, les gestes et les effets spéciaux sans jamais louper aucune opportunité de faire couler du sang : un corps qui s’éclate sur une pancarte d’autoroute et où on voit toute sa chaire s’étaler, une balle traversant la tête d’un gars et lorsqu’il touche le sol, on remarque une partie de cerveau détachée et au sol… Des vulgarités malsaines et des vulgarités pure et dure… Aucun exemple est à donner car ça enlèverais le charme de l’entendre pour la première fois ! Avec tout cette action, qu’on sait sans budget, un film bien monté et réalisé pour un film réalisé en 10 semaines avec un réalisateur inconnu et « médiocre » vu que c’était son premier film. Heureusement que Tim Miller osait demander à Ryan Reynolds et compagnie pour être aidé dans le tournage et le montage de scène car ça aurait donné un tout autre aspect au film. Mais c’est un peu la malchance pour Fox qui avait, au début, désapprouvé le projet du film et n’avait donné qu’un très bas budget pour ensuite voire que ce film bas budget dépasse les plus hauts Marvel déjà sorti. Ce n’est pas étonnant connaissant l’étrangeté et la proximité que Deadpool a avec le monde des comics. Un anti-héros accrocheur et tant attendu. Presque 10 ans pour avoir ce projet fini et vu au grand public. L’humour noir et ravageur de Deadpool (wade wilson) qui pourrait très bien être comparé à un véritable connard dans la vie réel. Un gars qui n’en a plus rien à faire de ce qu’on pense de lui et qui a presque tout perdu avec le cancer tout en gagnant la capacité de se régénérer lui donne le droit d’être comme il veut sans faire attention aux critiques. C’est totalement ce qu’il s’est aussi passé lors du tournage, aucune pitié et aucun regard sur ce qui pourrait choquer. C’est du deadpool ou alors ça ne l’est pas.

Le scénario a été un peu écourté et modifié car avec le budget médiocre qu’ils ont eu, ils n’ont pas su avoir tout ce qu’il voulait. De plus, ils étaient talonnés par le temps. : seulement 10 semaines pour tourner un Chef d’œuvre, pas de place pour une évolution progressive du cancer, pas de place pour de grandes scènes dramatique ou de grandes scènes d’explosion…  Une chouette idée aussi venu suite au manque de budget ; faire de l’histoire une pure histoire personnel ce qui pousse à faire parler deadpool aux spectateurs. Un charme et une envie de continuer à regarder. La meilleure façon de se connecter avec son public, faire parler le personnage principal. Encore plus fort ici ; deadpool sait qu’il joue dans un film et va donc nous expliquer, faire des arrêtes pour nous parler, nous faire des blagues à part… ça apporte une énergie assez innovante et bien décalée tout comme le personnage !

Malgré les problèmes qui ont fait face à cette troupe de montage, rien n’y parait. Tout est presque parfait. Les décors, le costume (qui, à ce qu’il parait, n’était pas confortable et maniable, il fallait quelques heures avant de savoir bouger, le costume s’usait aussi très vite), les effets spéciaux… Un beau travail de groupe et d’artistes plus talentueux les uns que les autres.
Pour finir, Ryan Reynolds a donné tout son temps et son énergie. A l’âge de 35 ans, il a voulu et a fait des cascades « à risque » mais pas seulement, il a aidé le réalisateur (il est donc considéré comme le coréalisateur). Il a lu tous les comics de Deadpool et se préparait déjà depuis un petit bout de temps à incarner ce rôle « de connard je m’en fou des autres ». Il a su jouer brillamment dans un rôle d’une telle ampleur et l’a magistralement bien réussi. Les moments romantiques comme les moments d’action ou encore les moments de douleurs. Tout était presque à la perfection. Il s’est même blessé en jouant une cascade par fierté de ne pas laisser un cascadeur les faires toutes à sa place.

Morena Baccarin a su joué le rôle de la femme qui doit être sauvée sans pour autant passer pour la demoiselle en détresse qui ne sait pas se défendre. Un rôle qu’elle a su très bien interpréter sans trop de niaiseries mais en donnant une réelle personnalité à son personnage : Jessica. Un vrai bonheur de voir ceci dans un film de super héros et ça rajoute beaucoup de charme.

Le « méchant » : Ajax incarné par Ed Skrein n’est pas comme vous le pensez. Ce n’est pas le méchant numéro1 comme dans Batman ou Superman. Ce n’est pas un gars qui en veut à la terre entière. Ce gars a simplement fait du mal à Deadpool et Deadpool veut simplement se venger par pur intérêt personnel ce qui est difficile d’ailleurs de jouer mais qui est tout de même bien fait. Ajax est un personnage vicieux et manipulateur et qui a fait souffrir tout un tas de personne en phase terminal de cancer. Il est à l’origine de Deadpool et va engendrer sa colère. Lui aussi mutant, sans émotion ni état d’âme. Un rôle assez difficile mais pourtant bien réalisé de la part d’Ed. Il fait preuve d’une brillance dans son jeu d’acteur et d’une simplicité qui nous donne envie de le haïr.

 

En conclusion, un bon film à ne pas voir avec les plus jeunes mais un bon film digne d’un comics mais dans un univers particulier et drôle. Pour une bonne tranche de rire et d’émotion garantie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s